:

Notre paroisse regrete donne nos sencerement a tous les freres de la communaute de Taize a propos de de la mort tragique et martyre du frere Roger. Nous prions Dieu de donner a son ame la vie eternelle dans le paradis.
L'archipretre et la communaute

:

L'imitation à l'Orthodoxie. La Chapelle avec les icônes, les bougies, le dôme - bulbe, la croix six-finale

 

Après le moleben pour les pèlerins orthodoxes

Le monde commence à l'intérieur de nous. Le saint Amvrosij Mediolanskij écrivait à IV siècle: "Commencez l'affaire du paix dans vous-même, pour que, s’étant réconcilié avec vous-mêmes, vous soyez devenus les pacificateurs pour les autres".

Le théologicien orthodoxe Olive Kleman écrit : "Dieu est l’amour sans frontières, il n’y a pas le Dieu éloigné, habitant à son éternité terrible. C’est le Dieu infiniment proche, Qui à l'intérieur de nous est plus grand, que nous, et, comment notre désespoir ni il y avait profondement, le Dieu là, encore plus profondement, entre nous et le néant".

LIAISONS INTERNATIONALES

TAIZE. FRANCE

"Avec la joie cordiale je vous salue, réuni à l'Hambourg pour la prière, pour l'encouragement mutuel dans la foi et dans l'envie à suivre par la voie étroite de Christ. ’Que la grâce et la paix vous soient accordées en abondance par la véritable connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur’ (2 St. Pierre 1.2). Chaque rencontre de la communauté de Taize dans la période entre le Noël occidental et le Noël oriental devient le moment unique, quand les chrétiens jeunes de l'Europe et les représentants des autres continents s'unissent dans l'élan spirituel, pour éprouver le don inestimable de la rencontre l'un avec l'autre et sentir la présence invisible de Né - Crucifié et Resuscité - notre Sauveur. À notre époque, quand il est tellement facile pour une personne de perdre le support intérieur à la vie, céder à la tentation" être comme tout ", refuser une haute vocation chrétienne pour l'esprit du temps - comme il est important de partager l'espoir avec la personne à côté de vous, le réchauffer par le mot de l'amour et de la foi et par nos affaires manifester toute la vérité infinie de l'Evangile." Soyer toujours dans la joie, priez sans relâche, rendez grâce en toute circonstance... N’éteignez pas l’Esprit... mais discernez la valeur de toute chose. Ce qui est bien, gardez-le..."-la voie, dont nous devons aller, selon le mot de le Saint Apôtre Pavel (1 Thessal. 5 16-21). Que Dieu vous affermisse et vous accompagne dans ce pèlerinage surprenant!"

Patriarche de Moscou et de tout Russie
Alexij II (2004)

DE L'HISTOIRE TAIZE

Tout cela se commençait en 1940, quand le frère de vingt-cinq ans Roger a déménagé de sa natale Suisse à la France. Au cours de quelques ans il était enchaîné au lit à cause de la tuberculose des poumons. Pendant une longue maladie la décision de fonder la communauté a mûri en lui, où on pourrait vivre dans la simplicité

L’archiprêtre Igor Korostelev, le frère Roger, le prêtre Alexander Pronin

Le baptême dans les eaux de la chute d'eau

Le prêtre Oleg Choulgine avec les pèlerins de Bélarus

La conversation sur l'icône russe

Le repas mituel

et la cordialité, "où il y avait réellement une bienveillance du coeur et où la base de tout serait l'amour".
Quand la deuxième guerre mondiale a commençé, le frère Roger a senti, qu'il doit aider à ceux qui se trouvaient en etat difficile - puisque cela était fait par sa grand-mère pendant la première guerre mondiale. Le petit village Taize, où il s'est arrêté, se trouvait près de la ligne de démarcation divisant la France en deux : elle était disposée dans une telle place, où il était le plus confortable d'accepter les réfugiés se sauvant de la guerre. Les amis de Lyon donnaient l'adresse de Taize à ceux pour qu’il était nécessaire de se cacher. En 1942 ils ont été découvert, et le frère Roger a pu revenir à Taize seulement en 1944: cette fois il était déjà avec les premiers frères. A la Pâques de1949 les premiers frères se sont lié par le voeu du célibat et par la vie dans la communauté dans la simplicité maximale. Aujourd'hui dans la communauté il y a près de la centaine frères, les catholiques et les protestants, plus de 25 pays du monde. Ils n'acceptent pas aucuns dons, ainsi que refusent l'héritage personnel. Par le travail personnel ils gagnent eux-mêmes à la vie et divisent le bien avec les autres. A nos jours les petites communautés des frères vivent dans les quartiers les plus pauvres des villes de l'Asie, l'Afrique du Sud et l'Amérique du Nord. Ils viennent là-bas, en souhaitant diviser les conditions de la vie de leurs habitants, devenir la présence de l'amour pour malheureux, pour les enfants de la rue, pour les prisonniers, pour les gens mourants, pour ceux qui jusqu'à la profondeur de l'âme est blessé par l'indifférence humaine, par le manque de l'amour.

Chaque semaine pendant l'année la jeunesse de tout le monde vient à Taize pour les rencontres recueillant de dimanche à un autre dimanche jusqu'à 6 milles des personnes de plus que de 70 pays.

Une des étapes de ce pèlerinage sont les RENCONTRES EUROPÉENNES recueillant pour cinq jours à la fin de chaque année (entre le Noël catholique et le Noël orthodoxe) les dizaines de milles des jeunes gens dans un des grandes villes d’Europe Occidentale ou d’Europe de l'Est. La jeunesse orthodoxe vient de la Russie, l'Urkaine, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie.

Le frère Roger a écrit le Statut de Taize, à qui a exposé pour les frères "les bases de la vie dans la communauté". On élaborait le statut des services à Taize non semblable ni pour l'office divin catholique, ni pour l'office divin protestant. L'imitation évidente les services orthodoxes est surprenante. Durant la visite à la Russie, le frère Roger était frappé par les messes de jeûne dans les Eglises orthodoxes. Et maintenant au centre de la salle pour les prières à Taize est établie "Golgothe", les services sont conduits sans lumière électrique - seulement aux bougies, mais l'abondance des icônes orthodoxes dans tous les locaux frappe le plus. Probablement, autrefois l'icône russe n'était pas si répandue parmi les protestants des directions diverses, comme et parmi les catholiques. Étonnamment et le désir d'orner par les dômes - bulbes russes des églises, qui sont couronnés par les croix orthodoxes six-finales. L'impression, que les chrétiens occidentaux veulent "s'apparenter" par quelque chose à l'Orthodoxie même pour les signes extérieurs. Peut-être, la compréhension qu'en dehors de l'Orthodoxie la foi chrétienne perd inévitablement quelque chose essentiel ou même l'essentiel arrive peu à peu? Sur tout le territoire du couvent se trouvent les chapelle avec les icônes orthodoxes, avec les croix orthodoxes.

Un grand pour-cent visitant Taize est la jeunesse et des grands gens de nombre des protestants. Les plusieurs gens viennent ici beaucoup de fois. Peut-être, la compréhension de la fausseté du refus du protestantisme des icônes sacrées, du grade monacal, du respect des Saints etc. est bien sentie. Ici à Taize ils subconsciemment (ou est conscient!) complètent sa foi.

Chaque soir l'office divin passe dans le temple principal de Taize. Les représentants des autres confessions peuvent ne pas accepter dans celle-ci les participations. D’habitude les catholiques servent sa messe particulière. Puisque les orthodoxes ne participent pas au service pour tous, pour ceux-ci était équipée et consacré par le prêtre orthodoxe la chapelle dans le bâtiment principal, mais pour la liturgie Divine on adapte un petit temple ancien dans le village de Teize. Si parmi les pèlerins il y a un prêtre orthodoxe, il sert ou la liturgie ou les molebens pour tous les orthodoxes. Il y a l’antimins, des vêtements divins et les missels de la Russie, la Bulgarie et la Serbie.

Mais l'essentiel à Taize non seulement la prière, mais aussi les relations amicales et le travail. Avec cela les tensions ne se présentent pas. Les sujets intéressants sont discutés, par exemple, les présences de Dieu parmi les gens. On fait les conversations sur l'icône russe, son histoire, sa destination, son sens. La conversation particulièrement substantielle réussit à l'exemple de l'icône la "Trinité" d'Andreï Rublev. Les plusieurs protestants s'intéressent sérieusement à l'Orthodoxie, ils écoutent les choeurs russes, arrivent sur les services orthodoxes. Il y a une attitude valable à notre foi. C'est remarquable, puisque jusqu'à récemment l'Orthodoxie pour la plupart des chrétiens occidentaux était fermée et était incompréhensible.

Visitant Taize comme le volontaire pendant 30 jours Maria Dylets, le membre de notre fraternité de jeunesse, est dessine très exact l'atmosphère de ce secteur extraordinaire.

Avec l’archiprêtre de la Cathédrale

Il y a un grand intérêt vers l'Orthodoxie. Mais dans les relations de la jeunesse la spiritualité est remplacé par la cordialité. Pour la personne orthodoxe ce préjudice intérieur est toujours sensible. Donc il y avait une grande joie, quand "nos" sont venus. Juste à ce temps-là le père Oleg Shoulgine venait, le prêtre de notre église et servait la liturgie à Taize. Les gens orthodoxes réussissent avec peine la vie au milieu oecuménique. Ils éprouvent la tristesse sur la propreté et l'inaccessibilité spirituelle des services orthodoxes, la simplicité et la facilité organique des relations orthodoxes. C'est pourquoi l'idée oecumenique ne peuvent pas "traiter" la personne orthodoxe. Avec le profit ayant goûté toutes les particularités de cognition, les particularités amicales et missionnaire de ces relations, il est affermi dans la foi, l'amour vers son Eglise.

Ce n’est pas le secret, que les voyages à Taize sont entrepris par nous, comme la possibilité de visiter les plus grandes villes du monde, voir plusieurs pays Européens. C'est simultanément la possibilité de témoigner devant les gens hétérodoxes de notre Foi Sacrée Orthodoxe, se sentir ORTHODOXE dans le milieu "d'autrui".

 
     :  ,

Le diacre Iaroslav Bliznjuk avec le frère Donah (responsable pour l'organisation des voyages des pays de la CEI).